VERWOERD (H.)


VERWOERD (H.)
VERWOERD (H.)

VERWOERD HENDRIK (1901-1966)

Né aux Pays-Bas de parents sympathisants du président Kruger, Hendrik Verwoerd émigre avec eux en Afrique du Sud en 1903.

Après de brillantes études de philosophie et de psychologie, Verwoerd pense un moment à devenir pasteur de l’Église hollandaise réformée. Cette formation le marquera, et on lui fera par la suite une réputation de penseur politique. Il visite l’Allemagne, où il rencontre des étudiants nazis, l’Angleterre et les États-Unis. Rappelé en Afrique du Sud en 1927 pour enseigner la psychologie appliquée à l’Université de Stellenbosch, il s’occupe également de questions sociales jusqu’en 1936. C’est alors qu’il commence véritablement à faire de la politique en fondant à Johannesburg un quotidien, Die Transvaler , organe du Parti nationaliste purifié alors dans l’opposition. Ce parti, qui devait plus tard prendre le nom de Parti national et gouverner l’Afrique du Sud à partir de 1948, avait pour but essentiel d’écarter de la vie politique tout ce qui n’était pas afrikander et de réaliser l’apartheid, c’est-à-dire une séparation systématique des races.

Durant la Seconde Guerre mondiale, le journal se prononce contre l’entrée en guerre de l’Afrique du Sud, décidée par le maréchal Smuts, et expose sa haine des Britanniques. Die Transvaler défend avant tout le nationalisme — qui permettrait de mener sans aucune contrainte la politique intérieure défendue par le parti — et demande l’instauration de la république.

En 1948, malgré la victoire électorale du parti national du Dr Malan, Verwoerd n’est pas élu député. Mais il est nommé sénateur par le gouvernement, puis devient ministre des Affaires indigènes (bantoues) en 1950. C’est à ce poste que, pendant huit ans, il applique systématiquement la politique d’apartheid, qui tient lieu de doctrine à son parti. Estimant en effet que tout début d’intégration ou d’assimilation des indigènes, dans un pays où les Blancs ne représentent que 20 p. 100 de la population, mènerait à la disparition de ces derniers, il prône une politique de ségrégation complète. Véritable «architecte de l’apartheid», Verwoerd fait entrer ces principes dans la législation et érige des barrières étanches dans l’emploi, l’éducation, la propriété, les lieux de résidence, les déplacements.

Élu Premier ministre en 1958, Verwoerd apporte à son pays des changements fondamentaux dans ses structures constitutionnelles. Tout en poursuivant sa politique d’apartheid et en contraignant de fait — après la répression sanglante des émeutes de Sharpeville —, en 1960, toute opposition à entrer dans la clandestinité, il tente de souder la communauté blanche en faisant opter la nation pour la république (référendum d’octobre 1960).

Obtenant des majorités de plus en plus confortables aux élections, il se veut le symbole de la résistance de son pays aux pressions extérieures contre l’apartheid, qu’elles viennent des Nations unies ou du Commonwealth. Pour protester contre l’intervention des pays membres du Commonwealth dans les affaires intérieures de son pays, il finit par retirer la candidature de la nouvelle république d’Afrique du Sud à cet organisme en mars 1961.

La prospérité de l’économie sud-africaine, l’élévation (très inégalement répartie) du niveau de vie, la vigueur de la répression policière envers les Non-Blancs assurent au pays une grande stabilité politique. Aussi n’est-ce pas dans une émeute que Verwoerd perd la vie, mais sous les coups d’un «détraqué mental» qui l’assassine au Cap, en pleine session de l’Assemblée.

Encyclopédie Universelle. 2012.

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Verwoerd —   [fər vuːrt], Hendrik Frensch, südafrikanischer Politiker, * Amsterdam 8. 9. 1901, ✝ (ermordet während einer Parlamentssitzung) Kapstadt 6. 9. 1966; Professor der Psychologie, Mitglied der National Party (NP), 1950 58 Minister für… …   Universal-Lexikon

  • Verwoerd — Verwoerd, Hendrik Frensch …   Enciclopedia Universal

  • Verwoerd — (Hendrik Frensch) (1901 1966) homme politique sud africain. Champion de l apartheid, il fut Premier ministre de 1958 à son assassinat (par un Blanc, aliéné mental) …   Encyclopédie Universelle

  • Verwoerd — Hendrik Verwoerd Hendrik Verwoerd 7e Premier ministre d Afrique du Sud …   Wikipédia en Français

  • Verwoerd — Hendrik Frensch Verwoerd Medaille Hendrik Frensch Verwoerd (* 8. September 1901 in Amsterdam, Niederlande; † 6. September 1966 in Kapstadt, Südafrika) war ein südafrikanischer Soziologe und Politiker. Er gilt als der ideologische Begründer und… …   Deutsch Wikipedia

  • Verwoerd — noun South African statesman who instituted the policy of apartheid (1901 1966) • Syn: ↑Hendrik Verwoerd, ↑Hendrik Frensch Verwoerd • Instance Hypernyms: ↑statesman, ↑solon, ↑national leader …   Useful english dictionary

  • Verwoerd — biographical name Hendrik Frensch 1901 1966 South African politician; prime minister (1958 66) …   New Collegiate Dictionary

  • Verwoerd — /feuhrdd voohrddt /, n. Hendrik Frensch /hen drddik frddens/, 1901 66, South African political leader, born in the Netherlands: prime minister 1958 66. * * * …   Universalium

  • Verwoerd — Ver•woerd [[t]fərˈvurt[/t]] n. big Hendrik Frensch, 1901–66, South African political leader: prime minister 1958–66 …   From formal English to slang

  • Verwoerd — /fɛəˈvʊət/ (say fair voouht) noun Hendrik Frensch /ˌhɛndrɪk ˈfrɛntʃ/ (say .hendrik french), 1901–66, South African politician, born in the Netherlands; prime minister 1958–66 …   Australian English dictionary